Photo de Monsieur Marcel Forestier

Marcel Forestier

Décédé le 8 octobre 2023 à l'âge de 88 ans
Photo de Monsieur Marcel Forestier
Marcel Forestier
Décédé le 8 octobre 2023 à l'âge de 88 ans

Cérémonie civile

location_on
Crématorium du Parc
104 Rue de la Porte de Trivaux
92140 Clamart
lundi 16 octobre 2023 à 14h00
groups

Message de la famille

Chère famille, chers amis,

C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Marcel survenu dimanche 08 octobre 2023 à Maurepas. Marcel nous a quitté paisiblement à son domicile. La cérémonie se déroulera le lundi 16 octobre 2023 à 14h00 à l'adresse suivante : Crématorium Du Parc De Clamart - 104 Rue de la Porte de Trivaux - 92140 Clamart.
map

Déroulé des obsèques

  • 1

    Repos en salon funéraire

    location_on
    Chambre Funéraire Leroy Funéraire
    Avenue Johannes Gutenberg
    78990 Élancourt
    Le mardi 10 octobre 2023 à 12h30
  • 2

    Cérémonie civile

    location_on
    Crématorium du Parc de Clamart
    104 Rue de la Porte de Trivaux
    92140 Clamart
    Le lundi 16 octobre 2023 à 14h00
  • 3

    Crémation

    location_on
    Crématorium du Parc de Clamart
    104 Rue de la Porte de Trivaux
    92140 Clamart
    Le lundi 16 octobre 2023 à 14h30

Faites livrer des fleurs à la famille de M. FORESTIER

Bouquet de deuil Empathie
storefrontPartenariat avec un artisan fleuriste local
volunteer_activism0,50€ reversés à Alzheimer France par bouquet
local_shipping Livraison à l’adresse de votre choix
menu_book

Hommages

Conservez un souvenir des hommages rédigés dans un beau livre

Exemple de livre hommage
Le livre hommage met à l'honneur les différents messages et photos partagés sur cet espace avec une mise en page élégante.

34 hommages ont été rendus dont 8 accompagnés de fleurs

  • Isabelle
    Il y a 4 mois

    Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe, Je n’y suis pas, je n’y dors pas… Je suis le vent qui souffle dans les arbres Je suis le scintillement du diamant sur la neige. Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr. Je suis la douce pluie d’automne… Quand tu t’éveilles dans le calme du matin, je suis l’envol de ces oiseaux silencieux Qui tournoient dans le ciel… Alors ne reste pas là à te lamenter devant ma tombe. Je n’y suis pas, je ne suis pas mort ! Pourquoi serais-je hors de ta vue ? La mort tu sais, ce n’est rien du tout. Je suis juste passé de l’autre côté. Je suis moi et tu es toi. Quel que soit ce nous étions l’un pour l’autre avant, Nous le resterons toujours. Pour parler de moi, utilise le prénom Avec lequel tu m’as toujours appelé. Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait. Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste. Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant. Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi. Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été. Prononce-le avec simplicité et naturel, Sans aucune marque de regret. La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu. Qu’est-ce que la mort sinon un passage ? Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie, Pense et parle toujours de moi autour de toi . Je voudrai parler de Solange, mon épouse adorée, Merci d’avoir toujours été « là », supportant mes bons comme mes sombres côtés, Tu m’as toujours aidé à surmonter mon anxiété, Nous avons partagé très souvent le meilleur, mais aussi son opposé, Mille mercis pour ton amour, ta bonté et ta générosité, Je penserai et parlerai toujours de toi autour de moi, et tu verras ma bien-aimée, Tout ira bien, Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin, je suis là, juste de l’autre côté.

    0 personne(s) aime cet hommage
  • Isabelle
    Il y a 4 mois

    Extrait de son récit « RIEN A VOIR » écrit avec l’aide de Pierre Ferré, Ecrivain Public sur Montigny : « Si vous allez là-bas, ramassez, voulez-vous, une branche de gui, un bouquet de houx, ou tout simplement du genêt en fleurs. L’odeur qui s’en dégagera me rendra un peu de baume au cœur. Là-bas, c’est Combelonge ; un tout petit mas perdu dans un coin de la Lozère, sur la commune de Saint-Léger-de-Peyre, canton de Marjevols. Au pied du Roc de Peyre, Saint-Sauveur-de-Peyre, Les Faux. Pour atteindre la mairie de Saint-Léger-de-Peyre, vous emprunterez une petite route tortueuse partant du Roc de granit. Vous aurez l’immense bonheur de traverser les gorges de l’Enfer. Prenez une journée…… Attention à pied, à vélo ou en voiture, il vous faudra vous réfugier dans le fossé si vous croisez un autre touriste. Vous respecterez les lapins, les lièvres, les hérissons et les brebis, en voiture, la main sur l’avertisseur sonore. De l’autre côté, la Nationale 9, de Marvejols à Aumont-Aubrac par le Parc des Loups du Gévaudan au hameau de Sainte-Lucie, commune de Saint-Léger-de-Peyre et le lac du Moulinet – au mois d’août, on se baigne dans ce plan d’eau aux paysages préservés, alimenté et traversé par la Crueize. Là, vous ferez étape dans un petit restaurant où l’on vous servira le célèbre pâchadô. Le 6 Juin 2020, les genêts sont en fleurs. A mon chêne tout rogneux, mon alter ego. A cette prairie toujours fleurie. A tous ces genêts d’el « Pâtu ». A tous les champignons que je ne pourrai jamais choisir. A tous les fruits sauvages de là-bas. Au petit écureuil que j’ai tué par erreur. Au sanglier aussi sur la demande d’Armand Quintin et de Raymond de Marvejols. Mais surtout, surtout, à tous ces petits Algériens innocents, sans défense. Je vous salue Marie Marcelou di Combelongaire

    0 personne(s) aime cet hommage
  • Thierry Forestier
    Il y a 4 mois

    A mon cher Papa, 20 mai 1935, Combelonge, naissance de Marcel dans une ferme isolée de Lozère au sein d’une famille nombreuse. La vie est très difficile, les disputes fréquentes, mais la petite enfance est néanmoins heureuse au sein de sa famille et au contact de la nature. Les fraises des bois si parfumées qu’il ramassait sur le chemin de l’école, ce même chemin qui était si difficile en hiver quand la neige arrivait jusqu’au genou du petit garçon qu’il était. Cette neige qu’il n’a jamais aimé, son fils est allé la rechercher quelques dizaines d’années plus tard, drôle de destin… Puis arrive un premier drame, la mort accidentelle de son papa alors qu’il avait 8 ans le laisse abasourdi. Perdu dans ses pensées de petit garçon dans le pré devant la maison, loin du monde des adultes, il ne comprend pas. Mais la vie doit continuer au sein de cette famille nombreuse de 9 enfants, portée à bout de bras par sa maman, qui doit faire tourner la ferme en parallèle… Les plus grands prennent leur part et aident les plus petits, bon an mal an. Les difficultés de la vie et l’isolement génèrent des tensions qu’il va bien falloir gérer pour continuer à avancer. Puis arrive ce l’on a appelé pudiquement « les évènements d’Algérie », il ne fallait surtout pas parler de guerre, même si c’en était bien une. Après quelques semaines de mobilisation à Nîmes, son caractère ne pouvant le supporter, il fait le mur pour retrouver son cher Combelonge. Son oncle, prisonnier lors de la 2° guerre mondiale, l’aurait bien caché. Mais sa maman le convainc de se rendre. Rattrapé par les gendarmes, il est ramené à ce que d’aucuns appellent la raison et envoyé au front en Algérie. Il est alors confronté au grand traumatisme de sa vie. On lui fera payer très cher son attitude de « déserteur » (qualificatif dont il est resté fier toute sa vie), et sera alors témoin et acteur malgré lui des atrocités que l’on imagine aisément, « les corvées de bois », comme il disait. Cet épisode le marquera jusqu’au bout. Ce mal être qu’il essaiera de dissimuler toute sa vie refera surface régulièrement. On ne peut pas connaitre Marcel sans appréhender cet épisode. La fin de la guerre arrivant, la difficulté de retrouver sa place dans ce monde qu’il a quitté et qu’il pense ne pas pouvoir le comprendre, il monte à Paris, entre dans la grande famille de la SNCF, et rencontre Solange, l’amour de sa vie. Il en naitra 3 enfants, dont sa fille chérie, Isabelle, qu’il attendait tant… Il faut bien se reconstruire, dans ce bonheur familial, loin de ses racines, même s’il essaie coûte que coûte, malgré les difficultés et les incompréhensions, de garder ce lien avec Combelonge, lien qu’il transmettra à ses enfants. On ne peut pas non plus ne pas évoquer ce qui à priori pourrait surprendre de la part d’un fils de paysan qui n’a pas été plus loin que le certificat d’étude dans une classe d’âge qui ne comportait que 2 élèves (toujours second disait-il, c’est quand même pas si mal non…). Cette attirance pour la poésie (Paul Fort, Louis Aragon, Jacques Prévert, Maurice Carême, Francis Jammes…) et cette érudition que j’ai découvert sur le tard. Sa destinée n’aurait probablement pas été la même s’il avait été élevé en ville et avait eu la possibilité de poursuivre des études. Et ne parlons pas de la musique qui l’a accompagnée depuis les bals du dimanche lors des fêtes de village de son enfance jusqu’à la fin de sa vie avec sa très grande admiration pour Brassens sans oublier Barbara, Brel, Ferré, jean Ferrat, Reggiani, Duteil, Gainsbourg et consort… Et je ne parle pas de la bourrée auvergnate… Il fallait le voir se lever et danser dès les premières notes… L’injustice qu’il rencontre partout lui fera terminer sa carrière de manière atypique. Prenant congé de la SNCF avant son terme, à la grande incompréhension de ses collègues, il continuera à travailler comme simple ouvrier, en continuant à œuvrer, dans la faible mesure de ses moyens, contre cette injustice si présente, pour finir par prendre une retraite bien méritée. Cette retraite, il la mettra à profit pour s’adonner à sa passion de toujours, les cartes, et notamment le bridge. Totalement débutant, il se formera, jouera dans plusieurs clubs, effectuera des stages, participera à des compétitions et fera également de la formation. Ses compétences seront reconnues parmi ses compagnons de jeu et c’est avec ténacité, qu’il progressera en jouant de grands nombre de parties de références à la maison. C’est auprès de sa femme, Solange, qui l’aura accompagné toute sa vie qu’il effectuera son dernier parcours. Veillant sur lui jusqu’à son dernier jour, se mettant entre parenthèse et avec abnégation, c’est grâce à elle qu’il a pu rester chez lui jusqu’à la fin, conformément à son souhait le plus cher. J’aimerais par ces quelques mots lui rendre l’hommage qu’elle mérite. Au revoir Papa. Nous t’aimions, nous t’aimons et nous t’aimerons……

    2 personne(s) aime cet hommage
  • Manon , Naël, Alice et Garance
    Il y a 4 mois

    Mon petit papi... J'espère que tu a trouvé la paix que tu recherchais là haut (j'en suis certaine). Merci pour toutes ces années, pour ces vacances passées ensemble et pour toutes les parties de tarots... Merci d'avoir été toi ❤️. Naël, Alice et Garance se joignent à moi pour te souhaiter une bonne route de l'autre côté. *Naël : "je taime bocou papi tu va me manqué o revoir" On t'aime !

    Souvenir de Monsieur Marcel Forestier par Manon , Naël, Alice et Garance
    1 personne(s) aime cet hommage
  • Lola
    Il y a 4 mois

    Merci d'avoir été là, Papi Marcel....

    Souvenir de Monsieur Marcel Forestier par Lola
    4 personne(s) aime cet hommage
  • Alexandra Delsirie
    Il y a 4 mois

    Mes sinceres condoleances à toute la famille Forestier pour votre perte. Alexandra

    0 personne(s) aime cet hommage
    Solange et ses enfants, et petits-enfants
    Il y a 4 mois
    Merci pour votre soutien. Amitiés.
  • Famille Dugenet
    Il y a 4 mois

    Isabelle, Michel, Bastien, Félix Christophe et Pauline se joignent à Jean Marc et à moi-même pour vous témoigner notre affectueux soutien dans ces moments de grande peine. Isabelle, tu as entouré merveilleusement ton papa jusqu'à ses derniers instants. Ne plus le voir, ne plus le toucher, va être difficile, mais tu vas continuer à lui parler et à le faire vivre en toi. Dis à ta maman que nous pensons bien à elle. Elle peux compter sur vous. On vous embrasse tous les quatre Véronique

    1 personne(s) aime cet hommage
    Isabelle et Solange
    Il y a 4 mois
    Merci à vous, pour votre présence à tous les deux aujourd'hui. Maman a été très touchée par votre présence. On vous embrasse
  • Bastien
    Il y a 4 mois

    Papy mille mercis, ces moments de mon enfance passés à Maurepas font partis de mes moments les plus heureux et de mes plus chers souvenirs. Ils résonneront toujours en nous. Le banc en bois de la cuisine ou nous avons été voisins si longtemps , tes histoires et tes fulgurances. Beaucoup d'entre elles me reviennent encore, et me reviendront toujours. Une partie de ce que nous sommes aujourd'hui, nous te le devons... Qu'il a été difficile de quitter cette maison à l'adolescence ! Je ne me suis jamais fait prier pour y revenir, jamais.. J'ai probablement perdu de l'audition à l'oreille gauche car tu ADORAIS nous casser les oreilles . Papy, nous t'aimons et nous t'aimeront à tout jamais.... Trouves ton repos, mais surtout, continue à chanter et à rire aussi fort que tu le peux !

    Souvenir de Monsieur Marcel Forestier par Bastien
    7 personne(s) aime cet hommage
  • Jocelyne Forestier
    Il y a 4 mois

    Marcel, Où que vous soyez, sachez que je garderai le souvenir de vous, de votre accent venu de Lozère, de votre révolte face aux maux de notre société, de vos yeux qui pétillaient lorsque vous regardiez Solange, de l'attention et de l'amour que vous portiez à vos enfants et petits-enfants ! Vous aurez toujours une petite place dans ma mémoire et dans mon cœur. Reposez en paix maintenant , Marcel . Jocelyne

    2 personne(s) aime cet hommage
  • Alain GUYOT
    Il y a 4 mois

    Cet hommage n'est visible que par la famille

    Solange, Thierry, Denis et Isabelle.
    Il y a 4 mois
    La famille a répondu à cet hommage
send

Prévenir les proches

local_florist Faire livrer des fleurs